C’est l’heure de la reconnaissance du drame, du recueillement, mais aussi de l’action

Biot – Dimanche 4 octobre 2015

Je tenais à être ici présent dans un lieu qui a été durement frappé. Ici, à Biot, où une maison de retraite a été inondée et où trois personnes ont trouvé la mort. Mais nous déplorons dans l’ensemble du département, à la suite des intempéries qui se sont produites dans la nuit, 16 morts et trois disparus. Le bilan n’est pas encore définitif. C’est dire ce qui s’est produit ici, l’intensité des pluies et les dégâts qui ont pu être provoqués.

Je veux d’abord dire tout mon soutien aux familles qui sont concernées et qui sont aujourd’hui en deuil. Je veux également saluer le travail de l’ensemble des agents, agents des services de secours, sapeurs-pompiers, agents du département, agents des communes concernées et je pense ici à la commune de Biot. Je serai tout à l’heure à Mandelieu, à Cannes, à Antibes. Partout, il y a eu une mobilisation exceptionnelle compte tenu de la gravité de la situation. Je veux également dire que les policiers, les gendarmes ont joué tout leur rôle.

L’Etat prendra également sa part et dès mercredi, au conseil des ministres, l’état de catastrophe naturelle sera reconnu et les indemnisations qui seront ensuite versées, le seront dans un délai de trois mois. Il y aura un fonds de soutien aux collectivités locales les plus directement frappées pour que s’exprime là aussi la solidarité de la Nation.

Enfin, sur le plan économique, vous voyez ici, des commerçants, des artisans qui vivent un drame. Il n’y aura pas de temps perdu pour leur apporter la reconnaissance, pas simplement morale, ce n’est pas simplement celle-là qu’ils attendent, mais la reconnaissance de leurs dommages de manière à ce que les financements leur soient apportés et que leur activité puisse se poursuivre.
Voilà la raison pour laquelle je devais être là avec le ministre de l’Intérieur, avec les élus, avec l’ensemble des personnes qui se sont mobilisées dans la nuit. Ce n’est pas terminé et je demande d’ailleurs à tous les habitants des Alpes-Maritimes de prendre le maximum de précautions non pas parce qu’il y aurait de nouvelles intempéries mais parce qu’il y a des routes qui sont barrées, l’autoroute qui est extrêmement difficile à utiliser et je vois bien la colère qui monte. Il est donc nécessaire d’avoir un comportement le plus responsable possible dans cette période.

La Nation est là, elle est rassemblée, elle est solidaire après le drame que nous avons vécu ici dans les Alpes-Maritimes. Je rappelle le bilan, très lourd : 16 morts, trois disparus. Nous ferons en sorte qu’il n’y en ait pas d’autres et que nous évitions tout accident aujourd’hui. Pour le moment, c’est l’heure de la reconnaissance du drame, du recueillement mais aussi de l’action.
Merci.

Dernière modification : 21/09/2016

Haut de page